Ma charte personnelle

Pour mes sorties, mes stages et dans ma vie, je respecte la LOI.

Cependant, lorsque la LOI ne respecte pas et ne va pas dans la direction du BON SENS, je décide et j'assume complètement d'écouter ma FOI, celle que dicte mon cœur, celle qui me fait respecter le Bon SENS.

Les sorties nature que je propose ne peuvent être encadrées par des contraintes telles que les autorisations de la part de l’ONF. Pourquoi ?

Parce que j’estime que nous sommes tous des amoureux de la nature, les agents de l’ONF, moi-même ainsi que les personnes venant dans les sorties que je pratique et qu’à ce titre en respectant la nature, en respectant le travail des agents de l’Organisation Nationale des Forêts, en respectant ainsi mon travail, nous pouvons cohabiter ensemble pour être dans cet univers paradisiaque qu’est la forêt.

De plus, vous demandez une autorisation, reviendrait à vous donner une partie de mon pouvoir entre vos mains pour m’autoriser oui ou non à effectuer la sortie, en envoyant au préalable le circuit.

Le circuit est toujours modifiable en sortie, je ne peux donc pas vous l’envoyer. La nature est présente sur notre belle planète Terre. En tant que citoyen du monde, tout le monde peut pénétrer dans ce sanctuaire, sauf terrain privé.

Donne à la nature, elle te le rendra au centuple.

 

Demander une autorisation reviendrait à nous trouver devant un fruit, avec la véritable faim, sans pouvoir la cueillir, et la croquer car nous n’avons pas reçu l’autorisation !

Ces chaines mentales sont une contrainte et pour moi une totale aberration lorsque le respect et le partage sont présents. Notre but n’est-il pas de refaire prendre conscience de tout l’aspect paisible et santé de la forêt ?

En faisant ne serait-ce un geste pour elle par jour x le nombre d’habitants sur Terre, les problèmes deviennent vite des opportunités en étant réglées.

Je pense qu’en mettant tout un tas de contraintes dont la création de feuille qui ne sert que la bureaucratie et nous faisant tous chier, que personnellement et professionnellement je n’ai pas envie de respecter, cela ne fait qu’agrandir le trou entre la forêt et l’humain, en créant tout un tas de papiers (venant des arbres je le rappelle) qui ne servent pas à grand-chose, ni serait-ce qu’à perdre du temps qui nous pourrait être bénéfique.

La forêt est pour moi en pleine mutation, certaines personnes diraient qu’elle est en grande souffrance et que cela est inévitable. L’humain est aussi en grande souffrance. Mais n’est-ce pas dans cette souffrance que d’autres choses peuvent germées. Doit-on fixer notre regard sur les arbres qui souffrent et décèdent à cause des maladies. La nature est un écosystème complexe, et l’homme y participe. Pour moi et n’engage que moi, la forêt souffre, l’homme aussi, peut-être qu’il y a un lien inconscient entre les deux qui peut solutionner à la fois la forêt et l’homme.

L’être humain a longtemps vécu dans la nature, aujourd’hui dans une société dite moderne, il n’y a jamais eu autant de stress, de dépression … , bien qu’il y ait également d’autres facteurs à cela. Mais si l’on démontre par nos sorties, qu’en nous faisant du bien, qu’en prenant conscience que la forêt est un paradis pour nous, on peut éventuellement dire qu’en ressentant, les arbres se sentent mieux aussi à notre contact. Les arbres sont des êtres vivants sensibles, qui sont reliés par les racines et par les molécules aériennes. Ils sont tous en communication les uns avec les autres.

Quand un individu est malade, dans notre société on l’isole pour le soigner. Dans une société « primitive » ou évoluée d’une autre manière, tout un cercle de personnes se forment auprès d’elle pour l’aider à aller mieux, voir la guérir. Et si nous faisions cela autour d’arbres malades ?

 

Je suis assuré pour moi-même ainsi que pour les personnes qui m’accompagnent en sorties sylvatique et stages de développement personnel. Il n’y a aucun problème, aucune peurs à ressentir vis-à-vis de cela. Tout va bien et tout est juste pour nous permettre d’évoluer car dans ces stages, je vous fais expérimenter des techniques, mais vous me faites aussi travailler en fonction de vos ressentis, affiner de plus en plus les outils que je vous propose pour être de plus en plus juste.

 

La nature par notre bon comportement nous le rend au centuple.

En veillant à ne pas jeter de déchets dans la nature, mais à reprendre ses déchets avec nous, voire même à ramasser des déchets (papiers plastique, canettes, bouteilles en verre), vous faites un geste pour la nature.

En veillant à marcher seulement sur les sentiers (monotraces et chemins), ou à marcher avec respect sur des tapis de feuillage pour faire des activités de sylvothérapie.

Nous serons le plus discret possible pour les promeneurs éventuels.

Le but étant de ne laisser aucune trace de notre passage dans la forêt.

Car en retrouvant notre véritable nature, en retrouvant la nature, cela serait vraiment dommage de laisser des résidus de votre passage dans la forêt et des résidus de déchets en vous.

Faisons comme les animaux, respectons la forêt et surtout laissons la propre.

Parce que certaine partie de chaque LOI est basée sur la PEUR et l'INTERDIT ainsi que la PUNITION. Et si La LOI Favorisait la création ainsi que les bons comportements plutôt que de lutter contre les mauvais comportements.

La PEUR est pour moi, la Perception Erronée d'une Réalité et qui s'il y en a plusieurs deviennent symboliques. L'interdit décrypté selon moi en langage des oiseaux se définit en : UN (In) --> Tout est UNI, relié / TER (TERRE TAIRE ou se TAIRE) ou alors empêcher et DIT (la parole, l'acte, le geste)

La peur et donc l'interdit en question peut se décrypter de façon symbolique en Interdisant de dire ce qui unit son esprit, ses envies et son corps.

Cela dissocie donc le corps, donc contraire à l'alignement, proposé en développement personnel.

Respecter la Nature c'est aussi se respecter soi. Etre heureux de vivre dans l'environnement qui nous entoure.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now